NEWS

Ethio folk & blues & bass

Tournée en Ethiopie et au Kenya 11 AU 27 FEVRIER 2020

Etenesh, Mathieu et Sébastien sont en Ethiopie en février 2020 pour quelques concerts et quelques jours de résidence en vue de monter des nouveaux morceaux folk & groove ! 

Il y a 13 ans qu’Etenesh Wassie et Mathieu Sourisseau jouent ensemble. Leur duo est né en 2009, peu après leur mémorable tournée éthiopienne avec le Tigre des Platanes. Une épopée fantastique à travers le pays, des concerts dans les alliances françaises, dans des clubs, dans des bars traditionnels, dans le village des parents d’Etenesh. Cette aventure a marqué les esprits. Etenesh a une fois encore explosé les codes et impulsé une nouvelle dynamique dans le milieu des musiques traditionnelles dont elle est issue. 

Depuis 2009 Mathieu n’a pas eu l’occasion de retourner en Ethiopie. Nous nous sommes dit qu’il était temps de revenir aux sources. Après 10 ans de musique en duo puis en trio, deux albums, des tournées à travers l’Europe… Etenesh reçoit enfin à domicile. Une semaine de résidence, trois concerts en Ethiopie et un concert au Kenya grâce au soutien des alliances françaises de Addis Abeba, Dire Dawa et Nairobi. Des rencontres-discussions avec le public, avec des jeunes du lycée français de Addis Abeba, une conférence de presse pour que tout le monde en parle ! Un beau programme…

Retrouvailles pour Mathieu Sourisseau avec un pays qui a beaucoup changé en 10 ans, découverte du pays pour Sébastien Bacquias. Cette immersion dans la culture, la langue, le rythme de la ville, est une richesse absolue pour travailler sur des nouveaux morceaux. Et enfin pour Etenesh la possibilité de proposer au public éthiopien ce projet audacieux dont elle est si fière, qui bouscule les repères et frontières. 

 

S'en suivront une tournée en juin 2020 en France, Suisse, Tchéquie, Belgique et une tournée aux US en septembre 2020...

Si tout va bien, le mois d'octobre sera aussi sous le signe de la résidence et création à Bruxelles dans le cadre de Ars Musica avec l'Ensemble Hopper. 

Et si tout va vraiment bien, des nouveaux morceaux seront en ligne ou sur disque en septembre 2020 ! 

 

Les racines éthiopiennes de la musique jouée par Etenesh Wassié, Mathieu Sourisseau et Sébastien Bacquias sont indéniables mais le trio explore un territoire beaucoup plus large. Bien loin du clinquant des musiques du monde pensées hors sol. Ce qui s’invente, avec classe, dans la réunion délicate de ces trois artistes naît de la friction de l’éthio-trad aux textures noise, de l’art consommé de la nostalgie folk aux scansions câlinées par un groove solide. L’objet du trio n’est sans doute pas le chant mais, plus certainement, le récit que les deux musiciens et la chanteuse assemblent à six mains. Un récit émouvant porté par une musique familière dans sa magie et hybride dans son instrumentation. Aux embardées lyriques du duo originel, né en 2009 de la réunion d’une voix et d’une basse électro-acoustique, s’est greffée, en mars 2018, une contrebasse. Et cette greffe est réussie. Le registre grave, sur-représenté, ne provoque aucun débat testostéroné. Bien au contraire, les commentaires réciproques comme les solos des huit cordes de la paire Sourisseau/Bacquias poussent la voix d’Etenesh Wassié dans ses retranchements. De sa technique parfaite, de ses fêlures majestueuses comme de ses envolées pleines d’une énergie rocailleuse qu’on pourrait rapprocher d’une forme de rage. Une rage magnifiée, par exemple par une Bessie Smith ou une Abbey Lincoln. Une forme traditionnelle comme le Tezeta rejoint alors le terrain du blues et, donc, du jazz africain-américain. Un terrain toujours plus envoutant au fil des nouveaux morceaux composés, dont un prochain album devrait témoigner en 2020.

 

No way to deny the Ethiopian roots of the music played by Etenesh Wassié, Mathieu Sourisseau and Sébastien Bacquias. But this trio is playing on a much wider territory. Far from the glitz of an off-ground thought world music. What is well invented here in this delicate combination of these three artists is raised from the friction of ethio-trad with noise textures, from the consummate art of the folk nostalgia with the scansions and backing up solid grooves. The purpose of the trio is probably not the song but, more certainly, the six-handed story that the two musicians and the singer assemble in live. A upmost moving story shaped by this music : familiar in its magic and hybrid in its instrumentation. In March 2018, a double bass was added to the lyrical booms of the original duo, born in 2009 from the combination of a voice and an electro-acoustic bass. And this transplant is successful. The low register, over-represented, does not provoke any endless manly debate. In fact, reciprocal comments such as the solos of the eight strings of the pair Sourisseau/Bacquias push Etenesh Wassié's voice to its limits. From his perfect technique, from his majestic cracks to his poetic statements full of bright energy that could be compared to a form of rage. A rage that could’ve been magnified by Bessie Smith or Abbey Lincoln. Then, a traditional form like the Tezeta catches up with the field of blues and, therefore, African-American jazz. An increasingly bewitching field as new songs are composed, which should be fuel in a new album in 2020

 

N'hésitez pas à prendre contact, 
feel free to contact me : 
Booking & management : Sophie B.
etenesh.wassie@gmail.com / +33 (0)6.20.52.02.84
  • Facebook Basic Black
  • YouTube - Black Circle
  • Soundsgood-logo_seve-illustration-article

© 2017 Wassie sisters. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now